Histoire


Il était une fois une belle ferme cachée dans la forêt riveraine de la Zembs, entre l'Ill et le Rhin et dont le nom était "Rosevelt". C'était à l'aube du 14e siècle. Les habitants se livraient à la pêche, à la chasse, au défrichement de la forêt et surtout à la culture des terres ainsi gagnées. Le nom du hameau grandissant a évolué et nous trouvons Rossenfeldt en 1359, Rossefeld en 1450, puis couramment Rossfald et Rossfeld dans les écrits du 16e siècle. Le village, de vocation surtout agricole, semble avoir été dès l'origine la propriété des Evêques de Strasbourg et ceci jusqu'à la Révolution française. Il n'y est jamais question de résidence seigneuriale, encore moins de château. La population, qui comptait un peu plus de trois cents habitants au début du 19e siècle, a doublé en l'espace de cent ans, (698 h en 1900) et ce chiffre, après une petite baisse au milieu du 20e siècle, est remonté aujourd'hui à 777 habitants (2005).


Le blason primitif du village est le "coutre de charrue posé en bande sur fond d'azur". Mais la résonance "chevaline" l'a facilement emporté, même dans les documents officiels, puisque lors d'une grande entreprise d'abornement des limites communales, on a fait sculpter officiellement dans la pierre le fer à cheval pour marquer le côté Rossfeld. Plus d'une vingtaine de ces bornes au fer à cheval et portant les dates de 1746 ou 1747 en font foi aujourd'hui encore sur la limite orientale du "ban". D'ailleurs l'imposant bâtiment de la Mairie actuelle, construit en 1867, porte bien fièrement un grand fer à cheval sculpté dans sa façade.

Rossfeld, au point de vue politique, a toujours été une commune indépendante ; il n'en fut pas de même de la vie paroissiale où le village faisait longtemps partie de la paroisse voisine de Herbsheim. -

  • En 1810, le Conseil Municipal obtient l'autorisation de construire une chapelle dans le cimetière au centre du village pour éviter aux habitants le trajet aller-et-retour à Herbsheim pour les offices.
  • En 1820, Rossfeld devient paroisse indépendante rattachée au doyenné de Benfeld ; arrivée du premier curé-administrateur.
  • En 1835, la commune fait construire le premier bâtiment public qui sera la Mairie-Ecole en vue de l'instruction des garçons et des filles ; une classe unique et mixte, mais ni obligatoire, ni gratuite.
  • En 1838, le Conseil Municipal décide la construction d'une église, la chapelle existante ne pouvant recevoir que la moitié des paroissiens. Le Village a 550 habitants. (Déc. du 4 nov. 1838).

La même année : suppression du pâturage communal (Allmend) de 20 ha par division en 133 lots qui seront retournés et loués presque gratuitement à chaque ménage. C'est l'origine des "Umbruch". La coupe des très nombreux chênes du pâturage rapportera la somme de 35 518 F pour la construction de l'église qui coûtera 90 000 F (1er juin 1838).

  • En 1841, le cimetière est transféré à la lisière Ouest du village et la chapelle démolie.

Le Conseil Municipal vote la gratuité de l'enseignement primaire et la commune prend à sa charge l'écolage mensuel de 40 centimes que chaque écolier devait payer à l'instituteur. La moyenne des enfants scolarisés était de 95 à 105 en hiver, de 30 à 40 en été. (Ext. des déc. du C.M. du 18 nov. 1841).

  • En 1842, la construction de l'église est réalisée rapidement grâce à l'aide bénévole de nombreux paroissiens de toutes les professions ; le couronnement sera l'acquisition d'un orgue neuf Stiehr en 1843 pour 10 000 F.
  • En 1849, achat d'une maison avec jardin en vue d'en faire une école de filles ; celle-ci ouvrira ses portes en 1851 et sera dirigée jusqu'en 1877 par des Sœurs de Ribeauvillé.
  • En 1867, construction de l'imposant bâtiment de la Mairie sur la rive gauche de la Zembs.
  • En 1900, le pont de bois de la Zembs est remplacé par un pont de pierre.
  • En 1901, la rue principale est réempierrée ; les rigoles auront un nouveau tracé et les trottoirs seront bordés de pierres de taille.
  • En 1912, fondation de la Chorale Sainte-Cécile, sous l'impulsion du directeur d'école J.Ph. Witz et du curé Martin Blumstein arrivé dans la paroisse en juillet.
  • En 1914, mobilisation et début de la 1re Guerre Mondiale.
  • En 1918, Armistice et fêtes du retour de l'Alsace à la France.
  • En 1921, érection du monument aux Morts, en souvenir des vingt victimes de la 1re Guerre Mondiale et baptême de deux cloches en remplacement de celles qui avaient été enlevées par les Allemands pendant la guerre.
  • En 1922, création du corps des Sapeurs-pompiers de Rossfeld dont le premier chef de corps fut Alfred Hurstel, le forgeron du village.
  • En 1939, 2e Guerre Mondiale suivie de l'occupation nazie en 1940 et de l'incorporation de force des jeunes rossfeldois en 1942.
  • En 1944, le 2 décembre ; ce dimanche matin, les troupes du Général Leclerc libèrent rapidement le village ; mais le 9 janvier 1945, les troupes allemandes reprennent le village par la bataille de Rossfeld. Un tiers de la population a pu s'enfuir sous les bombardements pour se réfugier dans l'arrière-pays jusqu'au 29 janvier où le village sera libéré une seconde fois. Il y eut vingt victimes civiles et de nombreuses destructions. La Reconstruction sera longue et difficile.

Retour haut de page
ImprimerObtenir la version pdf de la pageEnvoyer à un amiContactPlan du site

 Mairie de Rossfeld

1 Place de la Mairie
67230 Rossfeld
Téléphone : 03 88 74 43 33
Télécopie :  03 88 74 35 37

E-mail :
mairie-rossfeld@wanadoo.fr